Chronique de l'ep "No escape"

- paru sur http://tousentong.free.fr : "

Le mini-flyer promo accompagnant ce EP promo annonçait “6 titres simples et efficaces entre punk, rock’n’roll, pop, noise et hardcore”. Après les avoir écoutés, ce résumé paraît assez approprié au contenu de No escape si ce n’est que je l’aurais probablement agrémenté de la mention ”avec un son bien pourrave”. Maducksplatypus, groupe auvergnas créé en il y a 3 ans n’est est pourtant pas à son premier coup d’essai : déjà deux démos et une trentaine de concerts à son actif. Sur ce premier vrai EP, on a droit à du punk-rock bien français tentant d’exploiter l’héritage laissé par les regrettés Seven hate et Second rate. Rien de bien palpitant à vrai dire tout au long de ces 17 minutes si ce n’est que le quatuor évite soigneusement les poncifs du genre pour se concentrer sur l’essentiel : faire du punk-rock incisif et efficace. Et ça marche plutôt bien. Les 6 morceaux de No escape font la part belle aux rythmiques syncopées d’un Seven hate, aux guitares acérées made in Flying donuts et aux vocals sans artifices mais envoyés avec puissance et sincérité à la manière d’un Pridebowl. On glisse parfois vers des terrains plus pop rappelant les canadiens Turthelhead (”Trojan horse”) ou plus hardcore (”Attack”, ”Human being”) mais l’ensemble reste finalement très homogène du début à la fin. Six titres simples et efficaces quoi ! Et de temps en temps ça fait du bien."

- paru dans le fanzine Ex©it #5 : "Simple, péchu, enthousiaste et revigorant le punk rock fait encore bien des émules dans les jeunes générations. Sans tomber dans le piège du simplicisme et de la mélobêtise insupportable, MADUCKSPLATYPUS se présentent ici avec une démo 6 titres qui ne manquera pas de retenir l'attention des aficionados y accordant quelques minutes. Quatuor depuis peu (trio auparavant depuis 2001) avec l'arrivée d'un second guitariste, MADUCK joue un punk rock relativement simple mais inspiré par des écoutes manifestement diversifiées. Le résultat parvient ainsi à contourner les formules ultra-conventionnelles du registre pour profiter de quelques opportunités bien saisies et glisser quelques relents plus frances aux tendances doucement hardcore ("Human being"), des breaks réguliers évitant la monotonie du up-tempo de bout en bout ou même des passages un peu plus évolutifs très réussis ("Attack!"). Pas fondamentalement novateur car finalement assez conformiste, ces 6 morceaux prouvent toutefois que les Auvergnats ont en main tous les éléments qui leur ouvriront les portes discrètes et moins empruntées de la personnalité. Ils savent faire, c'est incontestable (coeurs, dynamisme, mélodies accrocheuses...), regarder maintenant émerger davantage de créativité et les éloges risquent de se bousculer rapidement. Dommage toutefois d'être confronté à la frustration que génère la production (pourtant studio) qui n'est manifestement pas à la hauteur du travail du groupe qui, bien présenté, aurait converti plus facilement les moins sensibles. Notez, pour finir, que les membres de MADUCK sont aussi à la base de l'asso Plakjump prd organisatrices de concerts dans la région Clermontoise et ques certains sont responsables d'une bonne émission de radio hebdomadaire et du non moins intéressant zine Pompompurin (A5, n&b, punk-hardcore...).   .:b@ss "

- paru dans le fanzine I HATE PEOPLE #2 : "Je ferais comme pour les UMFM, je prendrais les initiales MSTP... Donc MSTP sont auvergnats, des vrais, des jeunes, et en forme... En plus de s'occuper du zine Pompompurin , ils font de la musique et plutôt bien ; hardcore mélo avec tous les poncifs du genre, et donc c'est pas la peine de vous faire une lithanie sur les influences de ces gars là... Et pourtant, malgrès le jeune âge du combo, on sent qu'il sait où il a envie d'aller, ça semblerait poindre vers quelque chose de plus rock'n'roll que purement hardcore-mélo. Les guitares se répondent bien l'une à l'autre, et les combos sont bonnes malgré une prod qui ne l'est pas toujours et des choeurs qui mériteraient plus de travail... C'est en tout cas encourageant pour la suite."

- paru sur www.pepper-zone.com : "Ce qui prime et qu'on décéle en premier chez les Maducksplatypus (peuvent faire de la concurrence aux Unco avec un nom pareil...), c'est leur honneteté et leur sincérité. Autour d'influences franchouillardes (c'est eux qui le dise) comme les burning ou seven hate, ils nous délivrent 6 titres simples et efficace (c'est eux qui le dise aussi...). 6 titres de Punk rapide avec quelques pointe de Rock, qui n'a effectivement rien à envier à leurs ainés qui les ont influencé, et qui n'a pour autre prétention de faire passer un bon moment à l'auditeur. Le son "demo" prêche un petit peu parfois, mais tous les éléments sont la pour séduire les amateurs (choeurs, breaks, rapidité, émotion) et certains titres comme "attack!" flirte avec l'emo, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Un opus vraiment entrainant, que je vous recommande. Support our scene !!   punk sportif"

- paru sur www.wilrecords.com : "Un bon groupe de hardcore mélodique classique dans l´esprit d´un Seven Hate première période et qui propose 6 titres bien en place. En plus les mecs se bougent le cul en Auvergne pour faire bouger la scène. N´hésitez pas à les contacter. www.maducksplatypus.tk"

- paru sur www.wassingue.net : "Sous le nom difficilement prononçable de Maducksplatypus, ce groupe auvergnat vous propose leur troisième démo No Escape sortie il y a peu sur leur propre structure Plakjump Productions.
Vu la qualité des productions françaises on semble un peu déboussolé au début de l’écoute de No Escape, en effet ici le son ne sonne pas aussi bien qu’un Second Rate ou même d’un Twisted Minds, et alors ? Une démo n’est elle pas à la base une démonstration de ce qu’est le groupe ? Dévaloriser le 6 titres des Maduckplatypus à cause de sa production serait une grave erreur.
En effet attachons nous au contenu musical, MDP exerce un punk rock mélodique teinté d’influences plutôt franchouillardes : Burning Heads, Second Rate, Seven Hate… Ainsi au niveau de la construction MDP allie batterie rapide et riffs saccadés, le tout axé autour de lignes de chants des plus mélodiques appuyant chaque fin de phrasé. Les compos sont courtes et rapides, et se permettent quelques innovations du côté de la guitare, je pense notamment à Orient Express et son intro des plus judicieuses. Les titres se déroulent donc simplement sans prises de têtes.
Bien entendu tout n’est pas rose, ce n’est qu'une démo, je le précise encore une fois. La production montre ses limites dès que le son est fort, il y a également l’impression omniprésente de la voix superposée aux parties musicales sans réelles fluidités. De plus l’accent anglais n’est pas non plus le top du top mais comme dis précédemment c’est tout à fait écoutable. De plus un travail a également été fait au niveau des paroles, donc à mon sens il vaut mieux privilégier cet aspect des choses que la musicalité finale. (enfin quand les deux sont réunis c’est mieux quand même :) )
Ainsi je ne peux que conseiller No Escape aux assidus de la scène punk-mélo française qui sauront passé outre une production assez moyenne et qui s’attacheront d'avantage à déceler les quelques subtilités de MDP. On attend vraiment l’album.  Patrice"

- paru sur http://glafonzine.free.fr : "Ah, encore des zicos qui ont joué au boggle ou qui ont matés les chiffres et les lettres pour trouver un nom à leur groupe. Le quatuor en question s'appelle Maducksplatypus, mais on peut se douter que lorsqu'on va les voir sur scène on se réduit à dire à ses potes "On va voir les Maducks, ce soir !" au même titre que les "Unco", les "Shoogoo", la "Star'Ac". Cela reste toujours un bon moyen de se démarquer de la masse, mais qui fout sur le cul de nombreux dislexiques. Ces quatre musiciens sont en fait auvergnats, un jeune combo qui a commencé tout d'abord en trio en 2001 avant de passer à un quatuor punk rock'n'roll chargé d'émo qui fleure bon la nouvelle vague punk made in France. Aujourd'hui, Maducksplatypus sort une démo de 6 titres intitulé "No Escape" qui met en valeur leur nouveau guitariste fraîchement cueilli cette année.
C'est sur un zapping radio que s'ouvre No Escape avant de partir sur le riff de Breaking Down suivi de sa batterie. On découvre alors un punk rock vif aux couleurs emo à la française mis en valeur par la voix de Dam qui se fond parfaitement dans ce style musical. Le son est plutôt de bonne facture et ne sonne pas trop clean comme certaines premières prod de nos jours. On garde ici donc le côté roots mais énergique qui fait la personnalité de ce groupe. Le son rappelle un peu celui des Sixpack et des Fuss For Nothing (Cognac) dans le style. Les jeunes gens ne se prennent pas pour autant au sérieux et cherchent plutôt à divertir son public avec des morceaux comme Breaking Down, Trojan Horse ou bien Orient Express laissant aux autres les breaks incessants et parfois abusés qui font le punk rock d'aujourd'hui.
Comme la tradition le veut, Maducks a également son quota de textes contestataires comme sur les titres unpleasant, human being ou attack avec ses influences bien frenchies qu'ils ne manquent pas de citer, on retrouve une fois de plus les incontournables Seven hate, Burning heads, mais également le devenu culte Second rate.
La pochette est quant à elle assez sobre puisque ce n'est autre que la photo d'Alcatraz, voyez une signification à ce choix??? Maducksplatypus en est à sa troisième démo, la première à quatre, et ce No Escape est plutôt de bonne augure avec un son appréciable (mais pas explosif !) et des compos plutôt réussies. Un disque qui ne révolutionne peut-être pas le genre mais dont le groupe pourrait vite évoluer. On peut attendre de Maducksplatypus un excellent avenir. A suivre de près... et surtout à découvrir !  Double D"

- paru sur www.keepout.fr.fm : "Maducksplatypus est un jeune groupe de Clermont-Ferrand qui oscille entre punk rock et emo punk. Il sort sa troisième démo 6 titres intitulée No Escape en février 2004 mais la première sous forme de quatuor (ils ont récupérés un gratteux entre temps!).
Comme toute démo, No Escape à ses qualités...et malheureusement ses défauts! Le premier est la qualité sonore du CD : si le son est tout à fait correct, la guitare manque cruellement de pêche et cela fait ressortir un peu trop la basse et la grosse caisse. Le groupe a de bonnes idées, mais encore une fois, on sent terriblement les influences de Flying donuts, Seven hate, Lack of Reason, Burning Heads et Second Rate (le groupe revendique d'ailleurs ses influences du côté du punk rock indé français), 5 groupes auxquels on pense immédiatement à l'écoute des 6 titres de No Escape. Quelques passages me rappellent également un peu les stéphanois de Asillhome.
Au niveau du chant, il manque un peu de justesse, et c'est vraiment dommage car le timbre de la voix est intéressant et l'accent anglais est bon.
Le côté positif est le potentiel du groupe : on sent quand même que Maducksplatypus peut mieux faire, progresser et composer des chansons un peu plus personnelles, même si celles de leur démo sont intéressantes tout de même!
On va laisser mûrir le tout et attendre un petit peu...   fred"

- paru dans le zine pom#0 : "Voilà le tout frais quatuor auvergnat d'Issoire prêt à faire sa place en Auvergne avec leur 6 titres No escape. Ils ont mis les moyens pour arriver à quelque chose de bien. ET les morceaus le sont mais pas le son ! Arretons les homonymies, et parlons de cet EP. Le style a bien changé depuis les débuts : avant les influs étaient plus ricaines (ah la jeunesse), désormais on sent plus la France derrière les songs des Platypus (ou des Maducks comme vous le sentez). Les chansons sont plus dures, toujours avec des lignes de guitares impressionnantes par leurs accords bizarres et non conventionnels qui font toute la beauté des mélodies appuyées par une voix assez gutturale mais qui prend de plus en plus de personnalité. Breaking down, premier morceau, envoie la patate. Des lignes de basse qui ont beaucoup évoluées également. Je passerai donc sur le point négatif qu'est la production car ce n'est pas à la prod qu'on reconnait un bon groupe. Platypus est encore jeune (quelques "pains" subsistent) mais ils annoncent la couleur pour la suite. une suite qui se veut de plus en plus rock'n roll (reprendraient-ils le flambeau des Real Cool Killers et suivraient-ils la voie des Man made monster toujours en gardant ce côté punk rock ?). En tout cas le mix est intéressant. Ils rajoutent de petit passages plus pop (refrain d'"Attack!", de "Orient express") avec des passages noisy forts intéressants ("Attack!" fin terrible, du fugazi survolté) ou Orient express avec des efforts sur le fond avec quelques samples incrustés qui rendent à merveille. Human being reste la chanson la plus fidèle à leurs débuts, c'est la plus "californienne". Dernier point noir : le travail des choeurs. Je pense que le temps a manqué, tout simplement.
L'artwork est DIY est c'est pas plus mal non ? Vous qui lisez ces lignes allez acheter leur skeud fissa fissa et comlplétez l'article comme vous le désirez...
Sur ce, bonne route aux Maducksplatypus. Fido "

- paru sur www.lazybones.fr.fm : "Maducksplatypus !!!!! Enfin ! Ca faisait longtemps que j'attendais cet enregistrement. Je les avais seulement vu en live (ca déchire sur scène!) et j'avais vraiment hâte d'écouter des titres chez moi au chaud. Direct ça met une grosse claque !! C'est bien produit, le son est donc bon, c'est bien équilibré et les 6 titres sont vraiment agréables. Ca fait vraiment plaisir d'avoir des groupes comme ça sur Clermont-Ferrand. Le premier titre: Breaking Down nous met bien dans le bain avec une bonne intro à la guitare, des gros breaks qui cassent la baraque et de superbes passages très mélo. Le titre Unpleasant est aussi bien classe avec une intro batterie (yeah baby, ça c'est rock'n'roll !). Bon... je ne vais pas parler de chaques morceaux précisément, donc en général c'est bien mélodique avec d'excellents breaks, de passages rock'n'roll, hardcore et même noisy (sur la fin du titre Attack! ). La voix est également bonne, surtout dans les passages hardcore. Et puis notre ami Bud fait des bons choeurs de footeux. Ca déchire bien ! On aurait aimé d'avantage de titres mais bon... pour la prochaine fois. En plus d'être un bon e.p, les musiciens du groupe sont vraiment cool, donc il faut vraiment les supporter en achetant cet e.p et en allant les voir en concert. Remio"